«Quand mes amis peintres me parlent de Gesso, je fais semblant de savoir ce que c’est. Mais, en vrai, c’est quoi ?»

23 septembre 2016
Passage Clouté

Cette question m’a été posée par un client (appelons-le Basile) qui souhaite commencer la peinture.
Basile dessine depuis un bon moment, et il voudrait se jeter à l’eau, acheter une toile, et commencer à peindre « pour de vrai ». Les amis de Basile lui ont parlé du Gesso, et, pour ne pas perdre la face, Basile a fait semblant de connaître. II a voulu laisser tomber son projet de peinture, se croyant inexpérimenté. Mais heureusement, il est allé voir l’équipe de Passage Clouté.
Le gesso est l’un des mots qui semblent rebuter les débutants en arts. Beaucoup se demandent comment l’utiliser, avec quelle peinture, et même s’ils en ont vraiment besoin. Historiquement, le gesso était constitué de craie, de colle de peau de lapin, et de pigment blanc. II était utilisé pour peindre à l’huile sur du bois la plupart du temps, ou sur une autre surface rigide, mais jamais sur une toile. Pourquoi ? Car il avait tendance à craqueler sur une surface flexible (embêtant). Le gesso traditionnel permettait donc à la peinture de bien adhérer au support.
Aujourd’hui, c’est le même principe : le gesso moderne (dit « gesso acrylique ») sert de préparation a la peinture. Là, par contre, il est très efficace sur la toile, protège ses fibres, et offre une surface agréable à travailler. II permet aussi plus de souplesse à la toile : ainsi vous pourrez la rouler sans la fissurer. II est composé cette fois de carbonate de calcium, avec un polymère acrylique, un médium latex et un pigment opaque (le gesso moderne n’est pas forcément blanc ; il peut aussi être noir, transparent, ou de la couleur que vous voulez si vous voulez le faire vous-même !). II est composé aussi d’autres additifs pour améliorer la flexibilité de la toile, mais je vous avoue que ça fait déjà beaucoup de produits chimiques compliqués, et que j’ai dû vérifier sur Wikipédia pour les premiers. Bref, c’est pas hyper intéressant de toute façon.
Vous pouvez l’appliquer directement sur du papier, du bois, ou du carton. Pour la toile, il faudra préalablement la préparer avec de la colle vinylique.
Pour peindre à l’huile sur toile, certaines personnes recommandent de remplacer le gesso acrylique par de l’apprêt à l’huile, pour une très grande toile (au delà de 2 mètres carrés). La peinture a l’huile tiendrait apparemment plus longtemps qu’avec du gesso.
Cet article est trop long, trop compliqué ? Consultez le même article en TL ; DR !
( = Too Long ; Didn’t Read)

tldr-gesso-passage-cloute

 

5 Comments. Leave new

Oh lala ! et moi qui croyais qu’on pouvait peindre directement sur la toile (lin ou coton enduit) !!!!

Répondre

Mais tu peux tout à fait. Si ta toile est brute, les fibres « boiront » l’acrylique, si elle est liquide, et il faudra sans doute multiplier les couches. Ça reviendrait un peu à utiliser ta peinture comme gesso (mais en encore plus cher… 😉 Si tu utilises de la peinture épaisse, tu n’auras pas ce problème, mais elle adhèrera moins bien et aura tendance à se craqueler et se détacher.
Sur des toiles pré-enduites du commerce, je dirais qu’il n’est effectivement pas nécessaire de rajouter une couche de Gesso, à mon humble avis, elles sont normalement prêtes à l’emploi.

Répondre

super
enfin un sujet clairement expliquer
merci
j’espère que ce type d’info , super utile pour les débutant, est accessible en permanence sur votre site

Répondre
Barbara Dukat Jayles
11 mars 2017 17 h 08 min

moi, je préfère la caséine au gesso (je peint sur bois) car le gesso est trop sec et lisse, n’est pas suffisamment « buvard » ou à grain moelleux , mais tout dépend aussi de votre facture !

Répondre
jean luc moreau romain
6 avril 2017 22 h 34 min

pour peindre sur la toile brute en voulant la laisser telle (attention au soleil pour le lin qui blanchit), il faut tout de même laisser un espace neutre entre le tissu et le pigment dont un certain nombre peut attaquer la fibre. Il existe maintenant tout un tas de médiums ou vernis acryliques ou vinyliques qui peuvent bien faire l’affaire du moment que le ph est neutre. Par contre le gesso pour peindre sur les pierre calcaires est déconseillé : utiliser plutôt la caséine en sous couche et voire peindre à la caséine ensuite en faisant attention de ne pas prendre de pigment incompatible. Pour le granite et schistes, je ne sais pas trop sinon que j’utilise moi-même un vernis acrylique passé au pistolet pour bien rentrer dans le grain en évitant de le faire quand le vent est trop présent en extérieur… et puis la matière de la pierre est plus riche qu’un gesso plat

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *